Home / Le maillon distribution/commercialisation/exportation

Le maillon distribution/commercialisation/exportation



Le maillon distribution regroupe les professionnels qui commercialisent/distribuent ou exportent les produits du karité (amandes, beurre et produits dérivés du beurre: savons, produits cosmétiques et pharmaceutiques).

Il est constitué d’organisations dont les formes juridiques sont diverses. Il existe des associations, des groupements de femmes, des Unions de groupements de femmes, des Fédérations de groupements de groupements de femmes, des Sociétés commerciales (Sociétés A Responsabilités Limités (SARL), Sociétés en Nom Collectif (SNC), Sociétés Anonymes (SA), Sociétés en Commandite Simple (SCS)), de commerçants, personnes physiques  qui distribuent, commercialisent ou exportent les produits du karité.

L’analyse de la survie des exportations des produits du karité du Burkina Faso selon la stratégie nationale de développement durable de la filière karité du Burkina montre que les exportations de produits du karité du Burkina Faso possèdent un taux de survie de 45 % après la première année. Ce qui implique que 55 % des exportations de la filière ne maintiennent pas une relation commerciale durable avec les acheteurs internationaux. Diverses causes justifient ce faible  taux de survie telle que la qualité des produits ou la capacité à fournir un produit en volume et en temps selon les demandes du client. Le Mali, la Côte d’Ivoire et le Ghana possèderaient des taux nettement supérieurs, le Ghana en tête avec un taux de survie de 59% à l’issue de la première année. Le niveau d’industrialisation plus avancé du Ghana et de la Côte d’Ivoire, qui offre un meilleur environnement commercial pour trouver les intrants nécessaires, peut expliquer partiellement le taux de survie plus élevé de ces pays.

Les Problématiques liées à la commercialisation sont de plusieurs ordres dont entre autres : Les problématiques de conservation, d’entreposage et de gestion des stocks  qui limitent la capacité de répondre en qualité, volume et temps ; la difficulté d’accéder à de l’emballage de haute qualité et visuellement attractif ; la méconnaissance des tendances de marchés ; la faible organisation de la promotion des produits de la filière.


  • Share Post

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *